CECI n'est pas EXECUTE Instituere. Approches juridiques des institutions

Instituere. Approches juridiques des institutions

Paolo Napoli, directeur d'études à l'EHESS ( IMM-CENJ )

Michele Spanò, postdoctorant à l'Université de Turin ( IMM-CENJ )

Dates et lieu

2e et 4e mercredis du mois de 15 h à 17 h (salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris), et 2e et 4e jeudis du mois (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris) du mercredi 9 novembre 2016 au jeudi 23 février 2017. La séance du jeudi 8 décembre est reportée au 15 décembre (salle 6, 105 bd Raspail 75006 Paris)

Présentation

Selon la vision la plus consolidée que nous trouvons chez des auteurs comme Max Weber, Irving Goffman, Michel Foucault, le concept d’institution renvoie à une entité, naturelle ou artificielle, qui représente la personnification d’une position de pouvoir. Un corollaire de ce principe associe l’institution à une fonction de frein, de filtrage que celle-ci exerce sur le mouvement libre des pratiques humaines. À l’aide d’enquêtes historico-conceptuelles dans les sources pratiques et doctrinales du droit, le séminaire entamera une réflexion permettant de s’affranchir de cette représentation personnifiée et inhibitoire de l’institution pour faire réémerger la force originale du verbe instituere, au sens de créer et instruire selon l’acception médiévale du terme. Un texte somme tout singulier comme Instincts et institutions (1955) de Gilles Deleuze nous aidera à revaloriser les propriétés positives de l’institution. Ce passage nous amènera à la reprise d’un lieu classique de la littérature juridique, La théorie de l’institution et de la fondation (1925) de Maurice Hauriou, pour s’interroger sur les « institutions-chose » (les règles de droit) que le juriste considère des éléments inertes et limitants, alors que les « institutions-personne » (corporations) seraient douées de vitalité et mouvement. En réalité nous essaierons de montrer qu’on peut renoncer au substrat de la personne pour penser l’institution, sans pour autant enlever à celle-ci sa force vitale : les institutions-chose comme les règles de droit sont en fait des instruments qui se propagent dans le corps social sans adhérer à aucun pouvoir constitué dont elles seraient un privilège exclusif. Ces artefacts peuvent être analysés dans leur matérialité objective sans avoir recours, d’un côté, à la médiation indispensable de la personne, et de l’autre, comme le prétend la sociologie pragmatique, à la médiation des acteurs sociaux. L’institutionnalisme juridique – Santi Romano, Widar Cesarini Sforza – nous aidera aussi à recenser un premier répertoire des nouvelles institutions de la coopération sociale (du néo-mutualisme au platform cooperativism). Se dessinera ainsi une nouvelle approche de la constitution des collectifs qui mette en relief le pouvoir instituant du droit privé. Le séminaire comptera aussi sur la participation de Saverio Ansaldi, maître de conférence (HDR) en philosophie à l'Université de Reims.


Renseignements : pour informations écrire à Paolo Napoli.

Direction de travaux d'étudiants : sur rendez-vous, par courriel.

Réception : par courriel. 2e et 4e mercredi du mois de 17 h à 19 h au CENJ "Yan Thomas", bureau 40, 105 bd Raspail 75006 Paris.

Adresse(s) électronique(s) de contact : napoli(at)ehess.fr

Page liée sur le site de l’EHESS : https://enseignements-2016.ehess.fr/2016/ue/1500/
 

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

De la démocratie-régime à la démocratie-société

Colloque - Jeudi 27 avril 2017 - 08:45Colloque organisé par le Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron (CESPRA), le Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS-IMM) et la mention Études politiques (EHESS). Organisateurs : Manuel Cervera-Marzal et Roberto Frega. ProgrammeJeudi 27 (...)(...)

Lire la suite

La construction sociale du lait. Du lait de femme au lait de vache

Journée(s) d'étude - Mercredi 10 mai 2017 - 08:30Cette journée d’étude repose sur la confrontation des différentes perspectives développées par les sciences humaines et sociales sur le lait afin d’appréhender les relations réciproques du politique et du social qui se développent autour de cette (...)(...)

Lire la suite

Finance as a response to global environmental crises? Critical analysis of the ‘economicization’ of carbon emissions and biodiversity

Appel à communication - Lundi 22 mai 2017 - 20:00A conference hosted by theCentre for Globalisation and Governance, Universität Hamburg, GermanyDates: 29 Nov-1 Dec 2017Conveners: Eve Chiapello (EHESS Paris) and Anita Engels (Universität Hamburg)Submission deadline for paper proposals: 22 May 201 (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'études des normes juridiques – Institut Marcel Mauss

CENJ-IMM/ UMR-8178

105 bd Raspail – 75006 Paris
Tél. : 33 (0)1 53 63 51 68
Fax : 33 (0)1 53 63 51 01
cenj@ehess.fr