Actualités

De la démocratie-régime à la démocratie-société

Colloque - Jeudi 27 avril 2017 - 08:45Colloque organisé par le Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron (CESPRA), le Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS-IMM) et la mention Études politiques (EHESS). Organisateurs : Manuel Cervera-Marzal et Roberto Frega. ProgrammeJeudi 27 avril matin :Les formes de la démocratie8h45-9h : Manuel Cervera-Marzal et Roberto Frega : Ouverture du colloque9h-10h : Estelle Ferrarese : « La démocratie comme forme de vie. Réflexion depuis la Théorie critique »10h-10h15 : Pause café (salle 9)10h15-11h15 : Philippe Urfalino : « Démocratie. Le substantif et l’adjectif »11h15-12h15 : Just Serrano : « Transformer les formes démocratiques : l’articulation de la raison et de la liberté politique chez John Dewey »12h15-14h : Déjeuner Jeudi 27 avril après-midi :Justice et constitution14h-15h : Luc Foisneau : « Nos démocraties ont-elles besoin d’une théorie de la justice ? »15h-16h : Dominique Rousseau : « Que peut vouloir dire "démocratie par la constitution" ? »16h-16h15 : Pause café (salle 9)16h15-17h15 : Giulia Oskian : « Des faits aux normes, des normes aux faits : légitimité démocratique et pensée constitutionnelle chez Tocqueville » Vendredi 28 avril matin :La démocratie en acte9h-10h : Sophie Wahnich : « La revendication démocratique pendant la période révolutionnaire française 1789-1795 : penser la cité, penser la société ? »10h-10h15 : Pause café (salle 10)10h15-11h15 : Daniel Cefaï : « La discussion publique : une expérimentation civique et pragmatiste à New York dans les années 1920 »11h15-12h15 : Carole Gayet : « Saisir les dynamiques de l’engagement à l’échelle des personnes et des situations: approche ethnographique de la démocratie comme expérience »12h15-14 : Déjeuner (salle 10) Vendredi 28 avril après-midi :Le conflit démocratique14h-15h : Sandra Laugier : « Variétés d’antidémocratie »15h-16h : Isabelle Aubert : « Considérations sur la citoyenneté »16h-16h15 : Pause café (salle 9)16h15-17h15 : Gilles Bataillon : « Réflexions sur l’interprétation de la démocratie chez Claude Lefort » 

Lire la suite

La construction sociale du lait. Du lait de femme au lait de vache

Journée(s) d'étude - Mercredi 10 mai 2017 - 08:30Cette journée d’étude repose sur la confrontation des différentes perspectives développées par les sciences humaines et sociales sur le lait afin d’appréhender les relations réciproques du politique et du social qui se développent autour de cette substance si riche en significations et controverses.Programme8h30-9h : accueil des participant-es  9h : introductionpar Mathilde Cohen (CNRS), « Qu’est-ce que le lait ? »9h30-11h :  session 1 : Le lait fluide : symbole, liens et parentésModératrice : Nahema Hanafi (Université d’Angers)Yassine Kervella-Mansaré (Université de Bretagne occidentale), « Le lait et la liance chez les Peuls »Marie-Luce Gélard (Université Paris Descartes), « Lait et politique au Sahara : la colactation collective »Salvatore D’Onofrio (Université de Palerme/EHESS), « Le lait, l’épaule et le cœur en Italie du Sud »11h-11h30 : pause café11h30-13h : session 2 : Une épistémologie trans-laitière : penser ensemble le lait humain et le lait animalModératrice : Mathilde CohenFrancesca Arena (iEH2, Université de Genève), « Sexes, classes et races dans la construction de la notion de mammifères. »Pierre-Olivier Dittmar (EHESS) et Chloé Maillet (Musée du Quai Branly), « Allaitement interspécifique dans les images médiévales : approche anthropologique (XII-XVe s.) »Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève), « Lait humain et lait animal, une négociation dans la longue durée »13h-14h30 : pause-déjeuner (plateaux-repas servis sur place pour les participant-es)14h30-16h30 : session 3 : La production du lait : transactions et contestationsModératrice : Françoise Sabban (EHESS)Séverine Lagneaux (Université catholique de Louvain), « La voie lactée : ethnographie des transactions au fil du circuit laitier. »Emmanuelle Romanet-da Fonseca (Institut d'études Transtextuelles et Transculturelles), « Le lait des nourrices en France au XIXe siècle »Emmanuelle Lefranc (EHESS), « Quand le lait de vache perd de son naturel… »  L’accès à la journée d’étude est ouvert à toute personne intéressée.

Lire la suite

Finance as a response to global environmental crises? Critical analysis of the ‘economicization’ of carbon emissions and biodiversity

Appel à communication - Lundi 22 mai 2017 - 20:00A conference hosted by theCentre for Globalisation and Governance, Universität Hamburg, GermanyDates: 29 Nov-1 Dec 2017Conveners: Eve Chiapello (EHESS Paris) and Anita Engels (Universität Hamburg)Submission deadline for paper proposals: 22 May 2017Submission address: greenfinconf@ehess.fr, 500 to 800 words plus references. In this conference we look at the ways finance is applied to convert capitalism from the source of global environmental crises into a provider of responses to these crises. Reaching a zero-carbon emission economy and maintaining biodiversity and ecosystem integrity are presented by international organizations and national policymakers as decisive goals for the future of humankind. While it is clear that such goals cannot be achieved without radical transformations in the established forms of social organization associated with the operation of the global economy, modes of production and consumption, and more generally dominant ways of life and value systems, they are also said to require the ‘enrolment’ of major economic actors to realize massive new investments in ‘green’ technologies and ‘sustainable’ infrastructures. The industrial and financial sectors have historically been part of the framing and making of the present situation. Also, since the 1970s, those sectors have played a growing role in the definition, government and management of environmental problems. This may explain why there are so many initiatives, tools and instruments, programs and projects that rely on economic and/or financial instruments, such as carbon trading schemes, green bonds, the carbon divestment movement, compensation finance and ecosystem services finance, REDD+ contracts, and venture capital for sustainability.Some of these initiatives and programs aim at “internalizing negative externalities” by making the production of environmental harm more costly, while others are designed to incentivize solutions. A first set of such ecological reform projects is founded on the construction of markets, for example to determine a price for carbon emissions through tradable ‘emission rights’, or to define the monetary value of ecosystem services through payment schemes that reward natural processes. Another set of approaches directly targets financial actors through responsible investment initiatives or financial activism, seeking to change ‘unsustainable’ financial practices and reorient global financial flows. A final set of projects are mainly designed to attract private investors to green projects, for example through special investment vehicles.The conference aims at documenting the different processes that turn the problems of climate change and biodiversity loss into economic issues, and then into business or financial opportunities. We are interested in the general dynamics: how, by what means and through what instruments, does this transformation take place and what does it produce?To ensure some degree of focus and comparability, priority will be given to proposals on initiatives promoting low-carbon solutions and biodiversity protection, particularly for wetlands and forests. Forests are especially interesting, as they are simultaneously carbon sinks and biodiversity reserves. This means they are being promoted by natural capital modelling for two distinct reasons which are not commonly addressed with the same instruments. The purpose of the conference is to connect research specialized in these different fields (carbon emissions, wetlands, forests) by building up a cross-field analysis, as the processes concerned appear to be highly comparable.We welcome papers from a variety of disciplines such as sociology, political sciences, critical geography, history, anthropology, ecological economics, political economics, or science and technology studies.We strongly welcome papers presenting empirical case-studies of financial instruments, innovations or initiatives, that go beyond the discursive level and enable us to understand how such devices actually work.Questions to be considered may include, but are not limited to:- Actors involved in the development of these innovations: What are their previous trajectories, motivations, initiatives, and strategies? How does cooperation/interaction unfold between public and private actors (e.g. governments, think tanks, international bodies, NGOs, financial investors, transnational companies, development banks, consultants, and intermediaries)? How are critical actors reacting to the deployment of these financial instruments? What kinds of debates are springing up over the forms of valuation?- Origins of devices:  What are the trajectories and the genealogy of these devices?  How do they succeed in becoming policy instruments? What are the respective roles of financial and insurance valuation techniques, of science? How does financial and scientific expertise combine in these devices? How do they connect different conceptions of risk (environmental and financial)? How are climate scientists and biodiversity experts involved in the making of these financial instruments?- Political economy of devices: How do valuation and management devices, contractual agreements, etc. distribute rights and duties, organize the circulation of money between parties, and construct accountability? How far do they contribute to the ‘economicization’ or even an actual financialization of these issues?- Legal, ideological and political aspects of the rise of marketized and financialized solutions: what legal changes are necessary? Do these devices develop through voluntary guidelines and other soft-law tools or with the help of (and coercive) legislation? What shifts in the philosophy and rules of public spending or intervention can be observed? What are the discourses legitimating these changes, and what discursive oppositions or counter-narratives can be observed?- Responsibility, accountability and legitimacy issues: Who is made responsible for what? How is responsibility and/or accountability discussed, attributed or denied? How is public support for marketized solutions generated and legitimacy constructed?- Public policy: What is the role of public policies in the development of these devices? How do political dynamics – negotiation, compromise, competition, etc. – play out in the design and “public life” of financial instruments?- Epistemic dimensions: What kind of knowledge is used to design financial instruments? How do economics and economists influence the creation of market-based instruments and “format” financial innovations? What is the role of “knowledge brokers” like think tanks and international organizations?- Historical perspectives: What previous experimentations or traditions paved the way for current innovations? How does such a historical perspective change our understanding of the rise of financialized solutions?- Global financialization: How are these economic instruments given a transnational dimension“? How are they developed in non-OECD countries? Are they (re)shaping North/South relationships in the regulation of climate change and biodiversity protection?Contributors are invited to submit an initial proposal of up to 800 words. These proposals should be sent by email to greenfinconf@ehess.fr by May 22, 2017.  The proposals must include a title and at least 5 keywords. The research question, the data used and the methodology should also be clearly stated. Authors will be notified mid-June 2017 whether their proposals have been accepted. Accepted authors are required to send a full paper (maximum 12,000 words) by November 6, 2017. A limited number of grants will be available to cover travel and residence costs (further details after acceptance).The organizing committee comprises Sara Aguiton (CNRS), Stefan C. Aykut (CNRS Paris; Marc Bloch Center Berlin), Eve Chiapello (EHESS Paris), Anita Engels (Universität Hamburg), Michael Kunkis (Universität Hamburg) Camille Riviere (PhD, EHESS Paris).

Lire la suite

3ème édition des Rencontres Annuelles d'Ethnographie (RAE)

Journée(s) d'étude - Jeudi 24 novembre 2016 - 09:003ème édition des Rencontres Annuelles d'Ethnographie (RAE).Organisées autour de 13 ateliers thématiques réunissant des doctorant.e.s et des chercheur.e.s de différentes disciplines en sciences sociales pour échanger sur la pratique de l'ethnographie, les RAE seront également le lieu de deux conférences plénières animées par Ann Mische (professeure de sociologie à l’Université Notre Dame, Etats Unis), et Véronique Bénéï (directrice de recherches CNRS, LAIOS-IIAC).Le programme complet des deux journées est disponible sur le carnet des rencontres. L'équipe de communication peut aussi être contactée via la page facebook des rencontres ou à l'adresse mail suivante : rae2016ehess@gmail.com.L’événement est ouvert à tout-te-s, sans frais d’inscription.

Lire la suite

Le discours à l’intersection des pratiques sociales et des pratiques langagières : remarques sur l’Amérique latine

Journée(s) d'étude - Mardi 18 octobre 2016 - 14:00Le discours bénéficie d'une existence paradoxale : constitutif de l'espace social, il est à l’origine des rapports de pouvoir et d’opinion dans une société ; en même temps, le discours est constitué par l'espace social à travers des pratiques quotidiennes qui rendent possible la circulation du discours et qui le mettent « en scène ». Pour cette raison, le discours se trouve à l'intersection entre la langue et la société. En ce qui concerne spécifiquement l'analyse du discours (AD), ce champ disciplinaire, issu de la convergence de différents courants de recherche (linguistiques, sociologiques, philosophiques, anthropologiques et historiques), participe à un processus de « mondialisation des connaissances théoriques », dans lequel des « traditions théoriques précédemment séparées donnent naissance à des cultures scientifiques hybrides » (Angermuller, 2013: 72). Ces traditions théoriques représentent les bases de l’analyse du discours, champ disciplinaire en expansion continue aujourd'hui. En ce sens, ces journées d'études entendent mettre en évidence le fait que la compréhension efficace du phénomène linguistico-discursif passe par un examen attentif des pratiques sociales, en général, et des pratiques langagières, en particulier.L'objectif est de comprendre, dans quelle mesure, le discours dès son émergence historique, s’articule aux enjeux sociaux et aux événements, et également dans quelle mesure les pratiques sociales représentent et diffusent les discours qui sont à leur origine, en renforçant ainsi l'existence paradoxale du discours. Comment les discours participent-ils aux rapports de pouvoir et d'opinion dans l'espace social ? Nous tenterons de répondre à cette question en prenant comme exemples quelques cas en Amérique latine. Quel est le rôle de l'histoire et de la mémoire dans la constitution des discours contemporains qui circulent, dans cette partie du monde, notamment concernant la construction des discours politiques, des mouvements sociaux et également des pratiques racistes ? Les travaux qui seront présentés par des chercheurs de différents pays latino-américains ayant en partage l’analyse du discours comme thème de réflexion aborderont différentes approches théoriques et méthodologiques.InterventionsUne histoire officielle de l'oubli versus une mémoire de l'histoire officielle, Morgan Donot ( Présidente de l’Association ADAL, Docteure associée au CREDA CNRS - UMR 7227 Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)Le mouvement noir au Brésil et la genèse de la formule « conscience noire », Helio Oliveira (EHESS / UNICAMP-Fapesp)La linguistique au/du Brésil : une lecture discursive, Marco Antonio Almeida Ruiz (EHESS /UFSCAR- FAPESP)Les stratégies de circulation et événement de petites phrases en politique : le cas de « Return, Lula », Tamires Bonani (Sorbonne Nouvelle/UFSCAR- FAPESP)Construction du sujet politique « femme » pendant la campagne politique brésilienne : la femme politique, Livia Pires (LABOR / UFSCAR - FAPESP)

Lire la suite

Internationalisaton de la recherche scientifique

Débat - Mardi 18 octobre 2016 - 14:00La Revue française de sociologie, les Presses de Sciences Po, le Centre d’Etude des Mouvements Sociaux et le Groupe Sciences et Technologies de l’Institut Marcel Mauss (UMR CNRS-EHESS) sont heureux de vous convier à assister à une table ronde qui se déroulera le 18 octobre 2016, de 14h à 16h, à l’EHESS, 190 avenue de France à Paris (salles 640-641 au 6e étage), à l’occasion de la parution du dernier numéro de la Revue française de sociologie consacré à l’internationalisaton de la recherche scientifique, coordonné par Michel Dubois, Yves Gingras et Claude Rosental.Cette table ronde sera animée par Claude Rosental et réunira plusieurs contributeurs (Thibaud Boncourt, Michel Grossetti, Pierre-Benoît Joly, Morgan Jouvenet, Vincent Simoulin), ainsi que Louis-André Vallet (directeur de la Revue française de sociologie). Elle sera suivie d’un pot amical.Entrée libre.Informations complémentaires : guillaume.braunstein@ehess.fr 

Lire la suite

Frontières

Journée(s) d'étude - Vendredi 03 juin 2016 - 09:00Quand la demande d’abolition des frontières se fait pressante, qu’elle vienne des pouvoirs économiques ou de la société civile, que de multiples frontières et murs se recréent dans toutes les régions du monde, que des guerres sont à la fois localisées et déterritorialisées, il paraît nécessaire de revenir aux origines, lorsque le concept n’existait pas encore, aux raisons d’être qui ont été avancées pour les constituer, aux fonctions qui leur sont dévolues. Nous le ferons en examinant d’emblée le sens de la revendication contemporaine de leur abolition. Munis de ce bagage, nous cheminerons, depuis la pluralité des concepts utilisés par les historiens grecs jusqu’au sillon de Romulus, fondateur pour la mythologie juridique. Le mot frontière s’imposa lentement pour acquérir son sens actuel, et sa représentation – un trait sur une carte qui crée dans le même temps, des espaces séparés et des zones d’échanges. En droit constitutionnel, ce trait délimite un territoire, où vit un peuple, éventuellement avec des minorités ou/et des peuples autochtones, peuple sur lequel s’exerce, ou cherche à s’exercer, un pouvoir souverain. De l’autre côté du trait s’exerce un autre pouvoir souverain. Il y a donc un rapport spécifique entre le trait abstrait, sa matérialisation par des postes-frontières, check-points, murailles, la surface à l’intérieur du trait et l’institutionnalisation de formes de pouvoir et de gouvernement impliquant une administration, une justice, une fiscalité, un drapeau, une ou des monnaies, etc. Ces traits peuvent être contestés – ce sont les conflits frontaliers, chauds ou froids, qui se règlent par la force ou par le droit –, déplacés – que ce soit par la force ou par accord entre les parties, renforcés par des murs, coordonnés avec d’autres lorsque se forme une entité régionale comme l’Union européenne. Sans ce rapport entre le trait, la surface, le peuple et un pouvoir de jurisdictio, une politique consentie est-elle possible ?Journées organisées par le CENJ.

Lire la suite

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Camilo León-Quijano a remporté la quatrième édition du prix du diaporama sonore

Prix et distinctions - Doctorant en sociologie à l’EHESS, Camilo León-Quijano a remporté le prix du diaporama sonore 2017 avec son travail consacré à des adolescentes joueuses de rugby à Sarcelles. Le prix est décerné par Diapéro, Libération et Fisheye Magazine. Le diaporama sonore est consultab (...)(...)

Lire la suite

Health, Reproduction and Sexuality: Neoliberal-Authoritarian Modes of Governing the Woman’s Body in Turkey

Appel à communication - Mercredi 06 décembre 2017 - 20:00Neoliberalism has been hegemonic for the last three decades in many parts of the world, with its consequences of dismantling of welfare states, imposition of austerity measures, restructuring of health systems, and rising conservatism and (...)(...)

Lire la suite

Design graphique et recherches en sciences sociales

Exposition - Lundi 13 novembre 2017 - 19:00À l'occasion du cinquantième anniversaire de la publication de la Sémiologie graphique de Jacques Bertin, un projet de recherche a été initié à partir des productions du Laboratoire de Graphique créé et dirigé par le cartographe et sémiologue Jacques Be (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'études des normes juridiques – Institut Marcel Mauss

CENJ-IMM/ UMR-8178

105 bd Raspail – 75006 Paris
Tél. : 33 (0)1 53 63 51 68
Fax : 33 (0)1 53 63 51 01
cenj@ehess.fr